La Mosaïque dite des « Trois Grâces et Bacchus » datant du Vème siècle appartient à la ville de Manosque et a été restaurée en 2014.

Sa découverte remonte à 1859, dans un champ, près de Vinon-sur-Verdon. À l’occasion du creusement de fossés pour planter des arbres, une mosaïque à décor géométrique est mise à jour. Recouverte, elle est à nouveau dégagée en 1881 puis en 1919. Cette année là, le site, qui appartient alors à la famille Joubert, est fouillé plus largement. C’est tout le pavement d’une villa romaine qui est dégagé, avec la découverte de l’élément principal, la mosaïque dite des Trois Grâces et de Bacchus, constituée de trois panneaux à décor figuré qui surmontent une inscription.

LA MOSAÏQUE DES TROIS GRÂCES ET BACCHUS

Sur le panneau de gauche, on aperçoit Bacchus, dieu romain de la vigne, de la fête et du vin, appuyé sur un bâton entouré de feuilles de vigne (une thyrse). À ses côtés se tient Ikarios qui tient contre lui des grappes de raisin. D’après le mythe, Ikarios était un cultivateur simple et pauvre qui accueillit, sans le savoir, Bacchus dans sa maison. Le dieu, pour le remercier, lui donna la première vigne. Alors qu’il avait planté la vigne et qu’il l’avait taillée avec le plus grand soin pour la faire fleurir, un bouc se précipita dans le vignoble et brouta les feuilles les plus tendres. C’est cette scène qui est illustrée dans le panneau de droite.

Le panneau central représente les Trois Grâces, filles de Bacchus et de Vénus, divinités symbolisant la séduction, la beauté et la nature. Seule la représentation de l’une d’entre elles est bien conservée. Elle porte un simple bandeau sur la poitrine et est parée de bijoux.

En-dessous de ces trois scènes, on peut lire un vers du poète latin Martial (Ier siècle) dont la traduction en français pourrait être : « Toi qui fronces le sourcil et ne lis pas ceci de bonne grâce, puisses-tu, affreux jaloux, porter envie à tout le monde et que personne ne t’envie. »

LA MOSAÏQUE À MANOSQUE

Le pavement des Trois Grâces fut déposé en 1922 et transporté à Manosque, au « Château de Drouille ». Il a été appliqué à la verticale, contre un des murs du bâtiment, sous un balcon. En juin 1969, la propriété et la mosaïque, classée « Monument historique » depuis le 15 juin 1923, sont vendues à la ville de Manosque.

En 2014, la ville de Manosque décide de faire restaurer ce pavement, dégradé par une exposition de près d’un siècle en extérieur. Les Trois Grâces et Bacchus ont ainsi quitté Manosque pour les ateliers de restauration de Saint-Romain-en-Gal où, après une restauration importante, elle a retrouvé son lustre d’antan… Elle a été réinstallée en avril 2015 dans la salle du Conseil de l’Hôtel de Ville, où elle est désormais visible par tous.

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars
10octobre 2017
Histoires de sang
Tout l’agenda