La construction de Saint Sauveur a commencé vers 1179, mais l’église n’a été consacrée qu’en 1372, ce qui explique les mélanges roman et gothique. Les bas-côtés ont été rajoutés au XVIIE.

Un escalier sépulcral descend dans l’église. Deux grands atlantes en bois du XVIIe accompagnent cette plongée dans les ténèbres romanes, où le pécheur ne peut que s’humilier face à la lumière diffusée dans le chœur par des vitraux et un oculus.

A droite, une belle Marie-Madeleine du XVIIIE abandonne les bijoux de sa luxure. Dans cette nef latérale, consacrée en 1624, les clefs de voûte sont gravées l’une aux armes de Manosque, l’autre à celles du roi de France.

Dans le chœur, la vierge en bois sculptée par le Docteur Joubert en 1949.

Le clocher érigé en 1551 fut coiffé en 1856 d’un campanile dentelé. Son escalier à vis est taillé dans une pierre noire inconnue dans la région.

 

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars 1 Votes
10octobre 2017
Histoires de sang
Tout l’agenda